9187 avis
Article suivant Article précédent

Top 10 des plus beaux couteaux de cuisine

Publié le : 29/05/2020 16:20:12 | Catégories : Couteaux en acier , Couteaux japonais , Présentation des couteaux

Top 10 des plus beaux couteaux de cuisine

Vous connaissez l’adage : on ne juge pas un livre à sa couverture. Pour les couteaux de cuisine, l’efficacité prime sur l’apparence. Toutefois, on ne va pas se mentir, le roi Arthur n’aurait pas eu la même prestance avec un fauchon rouillé à la place d’Excalibur n’est-ce pas ? Ainsi, un bon couteau est aussi un beau couteau ! Brillance de l’acier, motifs damassés, courbes harmonieuses, etc. Finalement, une jolie lame, c’est comme une femme fatale : on a irrésistiblement envie de s’en approcher, mais elle peut piquer. Si vos yeux brillent en admirant le métal affûté, regardez les 10 plus beaux couteaux de notre site !


1- Le couteau Wusaki Fujiko

Coup de cœur de notre sélection, le Wusaki Fujiko. Entre tradition et modernité, il allie le tranchant froid et le manche en bois chaud. Ce couteau arbore une lame damassée de 67 couches successives. Les motifs qui la composent sont sublimes, authentiques et varient en fonction de l’angle de vue. Chaque nervure se prolonge à l’infini pour créer des vagues minuscules. Voilà un moyen astucieux de rendre le tranchant vivant !

Au niveau du manche, le Wusaki Fujiko possède une mitre lisse argentée pour se démarquer avec la lame aux contrastes grisonnants. Mais la pièce maîtresse reste unanimement le bois d’olivier et sa couleur marron dorée rayonnante aux motifs aléatoires. Ce dernier procure un toucher incomparable ainsi qu’une douce odeur boisée. Il se termine par un culot similaire à la mitre. Notons les deux liserés rouges en forme de cercle. Voilà un couteau qui fusionne la modernité et la rusticité avec brio !


2- Le couteau Kurosaki Fujin

Voilà un couteau digne des samouraï ! Effectivement, l’art de Yu Kurosaki est de faire des lames forgées de véritables œuvres à part entière. Outre son tranchant exceptionnel, c’est bien le design de l’objet qui interpelle. La partie supérieure de la lame arbore des motifs irréguliers et bruts, comme si ce dernier avait subi des coups de couteaux ! Il s’agit d’un martelage au biseau. On peut y voir également la marque du maître. La partie inférieure est constituée d’un damas discret qui laisse l’extrémité de la lame parfaitement lisse.

Le manche octogonal n’est pas en reste avec une robe marron foncée en sandalwood. La mitre noire en pakkawood achève le tableau avec sobriété. Le contraste des couleurs boisées avec l’acier rend le couteau Fujin très distingué. Une pièce authentique à n’en point douter !


3- Le couteau Masakage Kumo

Vous connaissez le « storytelling » ? Il s’agit de l’art de conter des histoires. Katsushige Anryu San est un artisan qui raconte des fables à travers son acier ! En effet, le Masakage Kumo possède une lame sous forme de paysage. Le damas de 63 couches forme des vagues ondoyantes qui se rétrécissent au fur et à mesure. L’effet recherché ? Donner l’impression de voir des cumulus, Kumo signifiant « nuage » en japonais. Avec sa grâce élancée et son extrémité grise sublime, la lame attire l’attention de bien des manières.

Côté manche, la sobriété est de mise pour contraster avec la grandiloquence de l’acier japonais. De forme octogonale, il se pare d’une texture en sandalwood d’un marron écorce ainsi que d’une mitre discrète noire en pakkawood. Voilà un couteau sublime à mettre en vitrine !


4- Le couteau de chef Güde

Forgé par Markus Balbach, ce couteau de chef allemand Gude rassemble le savoir-faire européen pour donner vie à une lame dont l’aspect laisse pantois. Avec ses 300 couches d’acier et son damas absolument unique, vous avez là une pièce exceptionnelle. Voyez comment les motifs se développent sans se ressembler ! Du grand art ! À noter qu’ils remontent jusqu’à la garde épaisse de la lame.

Avec un acier aussi imposant, un manche équivalent doit lui être affilié. C’est le cas avec ce bois du désert au grain sombre et à la constitution robuste. Trois rivets d’acier viennent s’ancrer dans le manche avec l’insigne du forgeron sur celui du milieu.


5- Le couteau Kanetsugu Zuiun

Voici un candidat sérieux ! Zuiun convoque la vélocité de l’acier et la légèreté aérienne avec sa lame tout en nuances. Sur le haut, le damas est quelque peu éclipsé par une blancheur laiteuse où apparaît le nom de la marque. Par la suite, les motifs magnifiques et réguliers se multiplient en vagues jusqu’à atteindre la limite de la lame. La taille Hamaguri Ba donne à l’apparence du couteau une allure de katana.

Le manche en pakkawood arbore une teinte noire et marron très sobre qui contraste avec l’insigne doré à son bout. Il faut noter l’originalité de la prise en main avec une forme heptagonale qui rend le maniement appréciable. Oserez-vous vous en servir ?


6- Le couteau Wusaki Nogami

Parmi nos coups de cœur, le Wusaki Nogami est plus qu’un beau couteau. Son atout est de disposer d’une lame élégante et sans fioritures. Le damas ? C’est surfait ! Avec ses 3 couches d’acier en configuration San Maï Nashiji, ce couteau inspire la grâce et la légèreté. La partie supérieure de la lame est martelée et ombrageuse, complétée par le signe du forgeron. La seconde partie se veut plus claire, épurée et lisse. Enfin, l’extrémité se veut encore plus lumineuse.

Le manche en noyer ravira les amateurs de bois, en plus de rassurer les professionnels grâce à sa mitre en acier solide. Il suffit parfois de peu pour ravir les yeux. Wusaki Nogami l’a bien compris. Son audace lui vaut une bonne place !


7- Le couteau Kai Shun Nagare

Dans l’univers de l’art damassé, Kai Shun Nagare est une marque de référence. Les motifs somptueux de cette lame à 72 couches repliées évoque la houle de l’océan. L’acier VG2 et VG10 s’embrassent dans un ballet élégant. Pour cet objet de cuisine luxueux, le damas s’étend sur l’entièreté de la lame. Un atout rare que peu de couteaux de cuisine détiennent !

Pour sublimer le tout, le manche rond à deux rivets en inox se pare d’un bois pakkawood à la couleur cendrée dont le bout se transforme en acier. Un contraste étonnant et bienvenu pour un couteau magnifique !


8- Le couteau Kagekiyo Hiroba

Attention, chef-d’œuvre ! Certains couteaux font mouche, mais un seul transperce vraiment le cœur d’un amateur. Le couteau de chef de chez Kagekyo Hiroba est unique. Sa lame déploie une ligne épurée digne des grandes lames. L’élégance s’associe à la clarté de l’acier pour un résultat effilé et poli. La base se veut plus fine et élancée. Les kanji de la marque sont écrits en petit et en noir. Une vague au bas du tranchant vient rappeler le damas absent de la lame. Quel culot !

Mais l’atout majeur du couteau reste son manche mirifique ! Le manche carré dit Hiroba est taillé dans du bois de noyer sombre. Ces coupes artisanales de Sasakura Gaku San représentent une plue-value sans précédent. Vous avez la sensation d’avoir entre les mains un objet d’une ère antérieure. Probablement un des meilleurs de la sélection !


9- Le couteau Kurosaki Shizuku

Envie d’une lame au style brut de décoffrage tout en conservant une certaine élégance ? Le modèle Shizuku de Kurosaki se dévoile, avec son acier martelé sur sa partie supérieure. Cette concentration de coups crée de gros impacts dont l’allure rappelle des résidus d’eau, d’où son nom nippon, Shizuku, soit « goutte ». Cette finition audacieuse apporte du caractère, en plus du kanji et du polissage qui donne un effet miroir de toute beauté.

Le manche octogonal s’arrange pour mettre en valeur la lame aux accents aquatiques, avec son bois sandalwood bordeaux et sa mitre noire en pakkawood. Un beau couteau original qui mérite l’attention !


10- Le couteau Moritaka

Amateurs de coutellerie, voici venir une lame d’exception ! La marque ancestrale Moritaka vous propose sa gamme exceptionnelle. Au menu ? Un acier unique YSS (Aogami Super Series) à la finition brute, soit sans polissage et au tranchant en V. Il ne peut y avoir plus spirituel et traditionnel que le Moritaka. Le haut de la lame brut de forge arbore un coloris noir charbon accompagné de la marque, tandis que le bas rayonne.

Le manche n’est pas en reste avec plusieurs modèles : la version octogonale en bois de noyer sombre ou la version ovale en noyer clair ou cerisier. Par sa tradition et son parti pris, le Moritaka figure en bonne place.

 

Et vous, lequel vous fait de l’œil ? Pour combler vos envies, visitez notre catégorie dédiée aux couteaux de cuisine japonais !

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)